Dieu ne change pas

Dieu ne fait pas de progrès… Je m’empresse de dire pourquoi !

Le prophète Malachie nous dit au chapitre 3 et au verset 6 :

« Car je suis l’Éternel, je ne change pas. »

Tout en étant le créateur, Dieu puissant, Dieu se veut être un Père, un berger qui conduit, qui veille sur ses troupeaux et sur ses brebis, chacune en particulier.

Jean nous dit au chapitre 10 et au verset 11 :

« Je suis le bon berger. »

Dieu, au début de la création, donne la vie et Jésus donne sa vie, pour que nous puissions toujours posséder la vie.

Nous devons, à notre tour, travailler avec le berger et être des chiens de berger, ramenant les brebis qui s’échappent du troupeau, pensant que l’herbe est plus verte dans le champ du voisin, plus grasse, plus belle parce qu’elle est différente.

Le chien de berger a une grande utilité, il est comme une sentinelle, qui veille dès que le troupeau est en marche.

La parole de Dieu nous exhorte à ressembler au berger. Et comme Dieu est le Dieu qui rassemble, nous devons lui ressembler : Dieu ne change pas encore aujourd’hui, il est invariable.

Cela me fait penser à un autre berger, celui qu’on reconnait comme tel !

Un berger local, celui qui écoute Son propre berger, et reçoit Ses conseils, pour ensuite les faire partager à Son troupeau, lui donner toute son attention, le nourrir, veiller sur lui.

Lire Ézéchiel 33: 1 à 7 : nous devons être également comme des sentinelles, voir le danger et avertir le troupeau, en avertissant le berger.

Les sentinelles sont toujours placées sur les hauteurs afin de mieux voir l’ennemi. Soyons encore aujourd’hui avec Dieu sur les hauteurs.

Soyez bénis mes frères et sœurs.

 

Marc Maggio